Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 janvier 2008

Héros et déceptions

Tenant les promesses que je me fais à moi-même, j'ai regardé autre chose que du Doctor Who aujourd'hui : j'ai continué la saison 2 de Heroes. Bon, avec le recul, je me dis que c'était la meilleure chose à faire pour me faire replonger dans mon actuelle addiction parce qu'avouons-le, la saison 2 de Heroes est simplement mauvaise. J'hésite entre le rire et les larmes.

Quand j'ai commencé la saison 1 l'année dernière, j'étais assez enchantée : les super-pouvoirs, j'ai toujours eu un faible pour. Et qu'est-ce que j'aimais cette idée de suivre la trajectoire de plein de personnages différents en attendant avec impatience qu'ils se rencontrent enfin. Et puis il y a eu la trève hivernale aux Etats-Unis, nous laissant sur ce cliffangher génial : la bombe, c'est Peter !

A partir de là, ce n'est que du gâchis. La fin de la saison ne remplit pas les promesses faites par le début. Et la saison 2... gâchis gâchis. Pourquoi je regarde alors ? La réponse est toujours la même : celle qui fait que je regarde une série qui ne me plait pas vraiment. Et, précisément, celle qui m'a fait regarder les dernières saisons d'Alias : l'espoir de voir apparaître David Anders.

d0a773e2e83626f443fcda06f35a4979.jpg

J'ai été vraiment fan d'Alias. La première saison m'a scotchée à mon canapé pendant plusieurs saisons : j'aimais l'intrigue, le suspense qui me faisait angoisser comme pas possible, j'aimais même l'héroïne - je suis difficile en matière d'héroïnes - et je shippais à fond sur le couple Sydney/Vaughn. Et puis à la saison, tout aurait pu virer nul que ça n'aurait pas eu d'importance. Sark existait. Et rendait en fait la série meilleure. Lui et Irina...

Revoir David Anders dans Heroes m'excitait follement, malgré les doutes que je nourrissais à l'égard de la série. Mais eh, c'est David Anders, et là où tous les personnages de la série se ridiculisent en saison 2, l'heureux ivrogne qu'il joue m'a ravie, malgré l'ineptie de son intrigue.

Et je viens de regarder l'épisode 7. Snif !

Ca ne lui a pas suffi, à cette série, de me ruiner mon Milo Ventimiglia, de transformer mon beau Jess Mariano en pathétique et insupportable Peter Petrelli, il va lui falloir détruire aussi mon David Anders ?

Bon, évidemment, j'ai tendance à dramatiser, le personnage de David Anders n'a pour l'instant rien fait de trop répréhensible - si ce n'est rencontrer Peter Petrelli -  mais ce misérable rebondissement de fin d'épisode qu'on attendait depuis le début m'effraye parce qu'au fond, il n'y a pas une intrigue pour rattraper l'autre !

Peut-être qu'il faut que je m'arrête là. Pas de 2x08. Parce que si c'est pour voir Kristen Bell s'humilier à son tour...

Voilà, premier coup de gueule de l'année !

Écrit par Saru dans Acteurs | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : heroes, alias