Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 janvier 2013

Janvier 2013 | Bilan

J’ai ruiné par mon silence de janvier tous mes efforts de décembre pour être plus régulière en ces lieux. C’est que le naturel reprend vite le dessus. Mais vade retro, paresse, ce dernier jour de janvier sera l’occasion de résumer un mois télévisuel finalement très agréable.

 
LA SÉRIE DU MOIS

1058215682.jpg

Je ne vous fais pas le coup du suspense, ma série du mois, c’était School 2013. Qui de bout en bout m’a émerveillée. Oui, utiliser le verbe « émerveiller » peut sembler excessif, mais c’est une série qui m’a fait ressentir tant de choses ! Passant avec sobriété de moments incroyablement poignants à des instants de bonheur total.
Sa fin fut aussi bonne que le reste, et mérite un prochain article plein de spoilers.
 

 LE PERSONNAGE

3519068650.jpg

Park Heung Soo, rends-moi mon cœur.
School 2013 encore, oui, mais vous ne croyiez tout de même pas que la série avait gagné son statut de favorite du mois sans quelque fabuleux personnage ? Et, honnêtement, ils le sont tous.
Alors pourquoi Park Heung Soo, et non Go Nam Soon, pour qui je vous avais précédemment mis au défi de ne pas éprouver un terrible élan d’affection ? Dans le même article, je déclarais vouloir tout l’amour du monde pour Go Nam Soon, et la réponse à mes souhaits fut probablement l’arrivée de Park Heung Soo, perte et salut pour Nam Soon. Je ne peux continuer sur cette voie sans m’avancer dans des eaux spoilerisantes, mais je crois que le mois prochain, j’ajouterai à mon bilan du mois une catégorie « LA RELATION QUI M’A FAIT CHAVIRER ».
Hors sa relation avec Nam Soon, Heung Soo fut paradoxalement un personnage central au cœur de ce lycée. Pas vraiment un acteur des intrigues lycéennes, il fut plutôt une présence rassurante, vers qui se tournaient pas mal d’élèves. Une force tranquille comme je les aime.
 

LA DÉCEPTION

Je ne garde que peu de souvenirs de My Girlfriend Is An Agent, si ce n’est une impression de fun.
De Joo Won, en revanche, je ne garde que le meilleur : il m’a plusieurs fois brisé le cœur en 2012, et j’aime qu’on me brise le cœur.
Et donc, Level 7 Civil Servant, cette déception.
L’héroïne a, je crois, fait l’unanimité : quel est l’intérêt d’une énième pauvre fille qui travaille si dur, franchement ? En revanche, après Ojakkyo Brothers et Gaksital, je ne pensais pas qu’un personnage joué par Joo Won pourrait m’être aussi antipathique. Et donc, vous voulez nous montrer une romance entre ces deux personnages ? Non merci.
Et le reste de l’intrigue ? Si les enjeux sont aussi impressionnants que les méchants caricaturaux qui nous ont été présentés, je passerai mon tour. Mais après un troisième épisode, parce que j’aime souffrir.
 

LE RATTRAPAGE

1137739638.jpg

Ça fait pas mal de temps que je n’entends que du bien à propos de White Christmas, un drama qui apparaissait en plus sur la tvgraphie de plusieurs jeunes acteurs que j’apprécie (Sung Joon et Kim Woo Bin, pour ne pas les citer). Un matin de janvier, donc, je lance White Christmas. Neuf heures plus tard, je ressors déphasée d’un drama special assez brillant, mais qui va peut-être nécessiter plusieurs jours de digestion. Premières impressions : merveilleux casting, esthétique et ambiance, malgré quelques défauts qui relèvent peut-être plus du manque qui se fait déjà ressentir que de l’intrigue elle-même.
 

DU CÔTÉ DES ÉTATS-UNIS

Pas grand-chose de si intéressant dans le domaine américain. Je retrouve Harvey, Donna et Jessica avec un certain bonheur, et je poursuis mon visionnage hebdomadaire de quelques séries, sans déplaisir ni trop grand enthousiasme. En revanche, c’en est terminé pour Fringe.
Une série de cinq saisons assez inégales mais qui m’ont malgré tout fait vivre beaucoup de très bons moments. J’ai difficilement terminé la première saison, la deuxième a aiguisé ma curiosité, et la troisième m’a ravie. La quatrième saison, décevante au regard de la précédente mais au-dessus des deux premières, a surtout eu le mérite d’introduire l’excellent postulat de départ d’une bonne dernière saison.
Je ne nierai pas que ce sont Charlie et Lincoln qui m’ont convaincu en premier d’aller jusqu’au bout de la série, mais je garderai de celle-ci une profonde affection pour son merveilleux personnage principal, Olivia Dunham, qui n’a peut-être pas toujours eu la présence qu’elle méritait, mais qui a toujours su en rendre le meilleur.
 

DU CÔTÉ DE L’ANGLETERRE

En dehors de Miranda, dont la saison 3 ne m’a pas tellement enchantée, malgré un incroyable épisode 5, ce ne fut pas du tout un mois anglais. Mais j’ai de quoi me rattraper pour février.
 

ET AILLEURS ?

Le Japon, sur les terres duquel je ne mets plus que rarement les pieds, est désormais considéré comme un ailleurs. Peut-être plus pour longtemps, car j’ai fini en début de mois la fabuleuse série Soredemo, Ikite Yuku, qui donnerait envie à n’importe qui de passer le reste de ses jours à regarder des séries japonaises.
J’en ai donc commencé une nouvelle, Biblia Koshodou no Jiken Techou, parce que les livres et les librairies. À suivre.
 

QUOI POUR FÉVRIER ?

2383253108.jpg

A peine remise de School 2013 et White Christmas, je vais commencer février sous le signe de la Corée.
L’idéal serait que je fasse le ménage dans ma liste de visionnages en cours :

  • Est-ce que j’abandonne définitivement Nice Guy ou est-ce que je lui donne la chance d’un dernier épisode ?
  • Est-ce que je me décide à vraiment commencer Arang and the Magistrate et The King Of Dramas ? Pour ces deux dramas, j’ai vu trois épisodes, qui ne m’ont pas convaincu de me jeter immédiatement dessus mais qui ont bâti un monde dans lequel je pourrais passer plus de temps, particulièrement pour Arang.
  • Vais-je continuer Cheongdamdong Alice ? De récentes lectures m’en ont en tout cas donné l’envie.

Puis il y a toutes ces séries qui me font de l’œil, particulièrement celles de 2012 que j’ai retrouvées dans tous les bilans : History Of A Salaryman, The Chaser, ou même Can We Get Married?
Heureusement, il y a douze mois dans une année.

31 décembre 2011

Personnages masculins de 2011 | #5 Charlie Francis & Lincoln Lee

Me croirez-vous si je vous dis que trouver cinq personnages masculins qui ont vraiment marqué mon année n'a pas été si facile ? Probablement, oui, puisque si j'avais eu autant de coups de foudre, j'aurais peut-être alimenté ce blog en 2011.

3100378012.jpg

Ne me demandez pas de choisir.

Charlie. Dans le premier univers, quasiment le seul ami d'Olivia au début de la série. Sa famille, même, toujours présent pour elle. Je l'ai adoré tout de suite et les scénaristes n'ont pas été cléments. Mais quel bonheur ce fut, de le retrouver dans l'autre univers, et en mieux : il y est plus fun, et encore plus proche d'une Olivia qui se laisse, dans cet univers-là, facilement approcher.

Et Lincoln. Je crois même que c'est en partie pour lui que j'ai commencé la série cette année : je parcourais des blogs où son visage brûlé s'affichait souvent, j'ai été intriguée. Et c'est d'ailleurs sa dévotion à son travail qui m'a d'abord conquise, sa volonté malgré ses blessures graves. Sa sincérité derrière ses allures de frimeur. Son amitié avec Charlie, son faible pour Olivia.

Le trio Olivia-Charlie-Lincoln de l'autre univers est ce qui me plaît le plus dans Fringe, leur complicité est un bonheur à regarder. Et ça me plaît assez de terminer 2011 sur cette note, en espérant que vous passez cette fin d'année aussi bien entourés.

Écrit par Saru dans Personnages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : fringe

28 décembre 2011

Personnages féminins de 2011 | Les autres

Si la saison 6 de Doctor Who n'avait eu que deux épisodes, j'aurais probablement inséré River Song dans mon top 5. Mais, j'avoue, le reste me l'a un peu ruinée.
Quant à Amy Pond, ô glorieuse Amelia Pond... Possible que le traitement dont a été victime son personnage cette année ait fait grandir mon amour pour elle. Mais hors de question de rendre hommage à la série cette fois-ci.

824553164.jpg

Du côté des personnages qui auraient pu trouver leur place dans le top, j'ai un temps pensé à Olivia Dunham, qui officie dans Fringe. Si l'Olivia de l'autre monde m'a immédiatement conquise, j'ai mis du temps à m'attacher à notre Olivia, mais j'y suis.
Mention spéciale à Jane Timoney, dont les premiers épisodes dans Prime Suspect US, m'ont donné une réelle envie de regarder la version originale britannique.