Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 mars 2012

Emma | My dearest Emma...

Je ne vous l'ai peut-être jamais écrit, je vous l'ai peut-être parfois montré, j'ai une passion pour les captures d'écran. Lors du visionnage d'une série, il n'est pas rare de me voir attraper papier et crayon pour noter le temps d'un plan qui m'éblouit particulièrement pour pouvoir le capturer plus tard (la grande tragédie de ma vie étant que mon lecteur de Blu-ray n'est pas connecté à mon ordinateur). Je n'en fais jamais grand chose.
J'ai revisionné Emma (la mini-série de 2009) le week-end dernier et n'ai pu résister à l'envie de capturer quelques moments. Autant en partager un peu ici (je devrais dépoussiérer mon tumblr).

4158594613.jpg

2961138917.jpg

D'ailleurs, je pourrais en profiter pour évoquer ici tout l'amour que je porte au personnage d'Emma. Je crois n'avoir jamais vraiment évoqué ici mon affection particulière pour l’œuvre de Jane Austen et ses adaptations – plus ou moins réussies – et ceci ne sera pas vraiment non plus l'article où je le ferai. Mais, si je ne suis pas sûre de pouvoir désigner un préféré parmi les livres, je crois tout de même qu'Emma est mon personnage préféré.
Bien sûr, elle n'est probablement pas celle qui mérite le plus d'amour, elle n'est pas la plus courageuse, pas forcément la plus intelligente, pas le meilleur être humain qui soit, mais c'est celle qui me parle le plus. Irais-je jusqu'à dire que c'est celle à qui je m'identifie le plus ? Probablement pas, je ne suis ni riche ni une femme accomplie et j'espère bien ne pas être aussi snob. Mais dans tous ses défauts, dans son immense faillibilité, je m'y retrouve, comme je ne me retrouve pas forcément dans toutes les formidables héroïnes d'Austen. Et tout l'arc narratif d'Emma, un arc de rédemption, touche chez moi un point sensible.

1061130565.jpg

2367638869.jpg

1174389285.jpg

2023746453.jpg

Écrit par Saru dans Personnages, Picspam | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : emma

25 octobre 2009

Ma semaine télévisuelle

Bon, en attendant The Waters of Mars, qu'est-ce qu'on a à se mettre sous la dent ?

Je n'ai pas commencé beaucoup de nouvelles choses cette saison, mais j'ai l'impression que mon planning est suffisamment chargé comme ça. En plus, j'ai toujours une tonne de trucs à finir et à rattraper. Et j'aimerais bien me remettre à la télé japonaise ou coréenne...

 

lundi.jpg

La série que j'attends avec le plus d'impatience chaque semaine, c'est bien sûr The Big Bang Theory. Aucune série ne m'a jamais fait autant rire. J'en suis pratiquement à regarder deux fois de suite l'épisode hebdomadaire tellement c'est trop bon et trop court. (J'ai récemment converti une collègue, on discutait enthousiastement de la série et je dis qu'à certains moments, la geek que je suis s'y reconnaît. Elle me réplique : "ah oui, j'osais pas te le dire, mais Sheldon me fait trop penser à toi". OK. Elle a beau me dire que c'est son personnage préféré, je ne suis pas certaine de me sentir flattée.)

Je continue à suivre How I Met Your Mother, par habitude. Et parce que c'est légèrement fun. Mais franchement,  la magie s'est envolée.

mercredi.jpg

Glee, c'est toujours aussi fun. Certaines intrigues sont limite, je ne porte pas Will dans mon coeur, mais c'est toujours bien barré, et il y a Sue.

jeudi.jpg

Oui, Supernatural, obviously. Cette série ne m'a jamais rendue dingue, mais je la suis toujours avec plaisir, elle est constante en qualité. J'avoue être sceptique face aux derniers rebondissements - je suis sceptique depuis le début de la saison 4 - mais chaque épisode est bien construit, fun, et elle me manquera quand elle sera terminée.

Et The Vampire Diaries, oui, incroyable. Je crois que je peux décerner à cette série le prix du plus mauvais pilote de mon histoire télévisuelle. C'est en lisant la chronique de Blackie chez Perdusa que j'ai décidé de tenter le deuxième épisode. Dans lequel tout n'était plus si insupportable. Dans lequel Stephan n'était plus si moche et presque touchant. Dans lequel Damon n'était plus si moche et en fait assez fun. Dans lequel l'héroïne est en fait plutôt intelligente. Dans lequel tout n'est pas si cliché. Alors j'ai regardé le troisième épisode, puis le quatrième, et je suis arrivée facilement au sixième. Je suis The Vampire Diaries, et c'est même pas un guilty pleasure. Incroyable, je sais.*

Et je continue Bones, la seule série policière qui arrive à ne pas me lasser et dont j'accroche vraiment aux personnages.

vendredi.jpg

Smallville et moi, on a des hauts et des bas. Pour ce début de saison, il y a du Loïs et Clark, et ça me suffit. Qu'on ait ruiné le personnage d'Oliver, je m'en fous. Que le rôle de Callum Blum risque de ruiner mon amour pour cet acteur, je m'en fous. Loïs, Clark, ça me suffit. Pour l'instant.

Je continue Dollhouse, sans grande conviction. Parce que l'épisode non diffusé de la saison dernière m'avait complètement enthousiasmée et que je sais qu'il y a du bon dans cette série. Que je veux voir plus de Whiskey. Que j'ai de l'espoir.

samedi.jpg

Merlin, c'est fun. Du bon divertissement, c'est tout ce que j'en attends.

dimanche.jpg

Plus qu'un épisode d'Emma. Adaptation d'Austen qui m'enthousiasmait assez, au début. Assez pour me faire lire le bouquin, et maintenant je vois tous les défauts de l'adaptation. Mais Knightley est très charmant, et la série est jolie.

Le week-end est donc britannique. J'avais commencé Trinity parce que c'était une série anglaise, et je continue parce que... bon, si on doit désigner une de ces séries comme guilty pleasure, ce sera celle-là. Parce que je ne sais toujours pas pourquoi je regarde. Cette série, c'est n'importe quoi.