Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 janvier 2012

Personnages masculins de 2011 | #1 Alec Hardison

1466319060.jpg

Comment suis-je censée résister à Hardison ? Expliquez-moi.

Oui, mon coup de coeur de l'année aura probablement été City Hunter, que j'affiche partout ici, et je vous ai même précédemment conté tout mon amour pour Lee Yoon Sung. Mais n'est-il pas communément admis que même si on fantasme tout son soûl sur les héros, ce qu'on veut vraiment, ce sont les boys next door ?
Non, en réalité, ce qu'on veut vraiment, ce sont les deux. Ça tombe bien, c'est tout à fait Hardison. Héros, il l'est indubitablement quand, hacker de génie, il aide l'équipe de Leverage à voler aux riches malhonnêtes pour donner aux pauvres escroqués. Mais c'est aussi un vrai geek, qui préférerait tout de même rester derrière son écran plutôt qu'accompagner sur le terrain les aventureux Parker et Eliot. Qui désespère quand ils sont en vadrouille dans une autre ville et qu'il est obligé de réaligner des satellites pour obtenir une connexion pourrie nécessaire au téléchargement de son épisode de Doctor Who (pour les anglophones, par ici). Vous commencez à comprendre pourquoi Hardison est irrésistible, non ? Entre ça et les fausses identités qu'il fournit à ses coéquipiers : Tom Baker, Sylvester McCoy et Peter Davison (par ici), ou Detective Davies et Detective Moffat...

Et puis. Nous nous connaissons maintenant assez pour que je puisse finalement tout vous avouer. Je trouve qu'Aldis Hodge a un visage incroyable. C'est d'ailleurs pour lui que j'ai commencé Leverage. Amateurs de Friday Night Lights, vous souvenez-vous du mutique Voodoo ? Moi oui. Je me souviens même m'être réjouie de la présence d'Aldis Hodge dans deux épisodes de Supernatural, même si le rôle était bidon. Voilà. Je ne peux pas nier, je trouve Hardison très très beau.
Et il s'habille bien.
Et j'adore les liens qu'il tisse avec les autres personnages. Eliot notamment, quasiment son opposé, avec qui les échanges sont épiques. Avec Parker, surtout : ensemble ils développent une des relations qui m'a le plus touchée cette année à la télé, basée sur un incroyable respect mutuel.

2504148134.jpg

Ce n'est pas une coïncidence ni une soudaine lubie obsessionnelle de ma part si mes personnages masculin et féminin préférés de l'année sont issus de la même série. Si Leverage n'est certainement pas la meilleure série de l'année (ni des trois années précédentes), c'est certainement celle qui a les personnages les plus attachants.

Écrit par Saru dans Personnages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : leverage

Les commentaires sont fermés.