Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 septembre 2009

True Blood : je redeviens raisonnable

De toute évidence, vous ne m'avez pas vu, lundi soir, écrire tout mon désespoir devant la fin de saison de True Blood. Il y a un mois, je le sentais bien venir, ce désespoir d'avoir à attendre l'été prochain pour la suite. Il y a à peine un mois, je commençais même les bouquins Stookie Stackhouse pour satisfaire mes besoins en vampire (blond). Et j'ai entamé hier le huitième tome, rien que ça. (Alors que mon rythme de lecture actuel est d'un roman tous les quatre mois.) On pourrait vraiment y croire, à ce désespoir, non ?

Pourtant, même pas je vais vous spoiler sur cet épisode 12. Même pas je vais vous en parler. Enfin, si, juste pour vous dire qu'après un épisode pareil, je n'ai même pas envie qu'il y ait une troisième saison.

OK, j'en fais un peu trop, mais je suis déçue. Pas déçue par la série, puisqu'au fond, elle est restée égale à elle-même. Mais déçue par moi-même pour avoir cru un instant que c'était série que j'aimais, alors que j'étais simplement aveuglée.

Mais bien sûr, je serai au rendez-vous l'été prochain, parce que la toute fin de cette saison laisse augurer de meilleures choses pour la suite, (je parle de toi, Bill) et parce que la lecture des bouquins m'a persuadée que ce serait le cas (je parle toujours de toi, Bill) et qu'en plus, j'ai hâte de rencontrer certains nouveaux personnages.

Et puis...

AS24.jpg
De toute évidence.

Écrit par Saru dans Presque une review | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : true blood

11 septembre 2009

Début de saison CW

Je sais, je sais, je sais, j'ai bafoué la promesse que je m'étais faite, mais c'est plus fort que moi : le nouveau m'attire, le vieux me lasse. Alors au lieu de finir Friday Night Lights, Lost, Skins, House, Dexter, The Mentalist et j'en passe (et au lieu de prendre part à la feria), je me suis fait une soirée CW, et entamé deux nouvelles séries. Enfin, "entamé", c'est vite dit.

Bon, évidemment, j'ai aussi repris la route avec les Winchester. Contente de les retrouver, même s'ils ne sont pas au meilleur de leur forme. Leur "number one fan" m'a fait beaucoup rire, et Castiel... ah, Castiel...

Mais sinon, Melrose Place. Oui, Melrose Place 2009, et je ne saurais même pas dire pourquoi. J'avais regardé des bouts du vieux, m'étais prise au jeu, mais c'était il y a bien longtemps, je ne me souviens de rien. A part la cour intérieur avec la piscine.

Evidemment, je ne suis pas franchement convaincue. C'est du soap, forcément. Aucun des personnages n'est intéressant, certains sont même d'emblée tout à fait agaçants (décidément, c'est physique, je ne peux pas encadrer Stephanie Jacobsen), et il n'y a même pas un canon. En fait, le seul intérêt que j'ai trouvé à cet épisode est un personnage féminin, celui de Katie Cassidy, que j'ai eu plaisir à retrouver, en souvenir de l'époque où j'aimais bien Ruby.

Malheureusement, la fin de l'épisode a relevé le niveau, esquissant le devenir de chaque personnage, et il y a de fortes chances que j'essaye au moins le deuxième épisode.

Enfin, The Vampire Diaries. Cette série, je n'avais pas envisagé une seconde de la suivre. Mais il faut croire que parfois j'ai des besoins sado-maso de souffrir devant un truc bien merdique juste pour le plaisir de me moquer ensuite. Et la seule chose que j'ai aimé, avec cet épisode, c'est qu'il a été à la hauteur de mes attentes. En même temps, c'était tellement aussi mauvais que ce que la bande annonce suggérait qu'il n'y a pas grand chose à rajouter. A part que j'ai été choquée par l'emploi d'une chanson des Raconteurs. Eh, merde les gars, vous avez pas le droit !

vdmatt.jpg

Et si, quand même, l'autre choc. Pourquoi les vampires de cette série sont-ils aussi moches ?! On peut reprocher tout ce qu'on veut à la folie vampiresque de ces dernières années, au moins, ça fait plaisir aux yeux. Mais là... vous le voyez, sur la photo, ce p'tit gars aux yeux bleus surnaturels ? (C'est Cash le cowboy ! Non, pardon, c'est mon karma qui vient me rappeler qu'il faut que je finisse la saison 3 de Friday Night Lights !) Eh bien non, évidemment que c'est pas un vampire, il est beaucoup trop mignon. Comme j'applique la loi de la superficialité sur ce blog, je ne posterai pas de photos des affreux vampires de Vampire Diaries, mais eurk, quoi ! Et qu'est-ce qui est arrivé à Ian Somerhalder ? Il n'était pas un peu mignon, avant ?

Donc voilà, tous les mecs humains de cette série sont plus beaux que les vampires. (Même le petit frère de l'héroïne.) Ce n'est pas très malin de décrédibiliser son personnage principal en lui faisant préférer un horrible machin à son mignon ex-copain blond aux yeux bleus surnaturels. Je dis ça, je dis rien... C'est peut-être moi qui fais une fixette sur les blonds aux yeux bleus, en ce moment.

frenzyeric.jpg

Glee : essai transformé

Glee-SueWill.jpgJe n'avais pas été très enthousiasmée par le pilote de Glee, en juin, malgré tout le fun que promettait la bande annonce. Ca se voulait un peu déjanté, mais c'était à peine marrant, et je ne voyais pas, avec tout ce que racontait l'épisode, où pouvait aller une saison entière - et même, plusieurs saisons.

Je ne vois toujours pas combien d'épisodes ça peut tenir, vu le scénario pour le moment un peu ténu, mais le deuxième épisode m'a convaincue.

Déjà, ça m'a fait rire. Et femme qui rit... Bref, je crois que c'est Finn qui m'a le plus fait rire : il est quand même un tout petit peu stupide, et puis, sa projection mentale pour se contenir quand il est trop excité, ça m'a fait mourir de rire. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la réalisation de cet épisode.

Mon côté fleur bleue a trouvé de quoi shipper. Emma est touchante, Will l'est presque, et la scène de la craie était très réussie.

Et puis, que le Glee Club reprenne une chanson de Kanye West, Gold Digger, ça m'a beaucoup plu.

Donc, si ça continue dans cette veine, et si les scénaristes se donnent la peine de développer les autres personnages du Glee Club, assurément, je serai là jusqu'à la fin de la saison.

 

J'ai piqué l'affiche sur Critictoo.

Écrit par Saru dans Presque une review | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : glee