Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mars 2008

Life on Mars, fin de série

Oh la la, j'ai fini ce matin Life on Mars. Huitième épisode de la deuxième saison, et c'était fini. Et j'ai été soufflée. Et j'ai en fait rarement eu l'occasion d'être soufflée par une fin de série. Tout simplement parce que les séries s'arrêtent généralement trop tard, alors que mon intérêt pour elle s'est émoussé.

C'est avec des séries comme Life on Mars qu'on se dit que la vingtaine d'épisodes qui composent généralement une saison américaine, c'est probablement trop. Ici, en huit épisodes par saison, on n'a pas eu le temps de se dire "cet épisode-ci, on aurait pu s'en passer". En seize épisodes pour une série, je n'ai pas l'impression qu'il y ait un seul épisode à jeter. Tout était bon. Et j'en reveux !!!

Et maintenant SPOILERS pour qui n'a pas vu la fin.

1984353041.jpg

Je m'imaginais un peu la fin de la série : Sam se réveille du coma, tout est bien qui finit bien, et peut-être qu'il va rechercher Gene Hunt et les autres, trente ans plus tard ? Mais pas du tout.

D'accord, Sam se réveille bien du coma. Mais à quel moment !!! Alors qu'il a laissé en 1973 tous ses coéquipiers en danger de mort ! J'en aurais crié de frustration ! J'y croyais pas, on allait nous laisser sur cet affreux cliffhanger ?!?! Pire, après qu'il a trahi Gene Hunt dans le passé, qu'il a laissé tout le monde sans un regard en arrière, il se rend compte qu'il ne ressent plus rien dans le présent, il est comme mort. Et il saute.

Après son saut dans le vide, du haut de ce putain de grand immeuble, il a bien du se passer trois secondes de noir. Peut-être que je ne suis pas très perspicace comme fille, mais j'ai vraiment cru un instant qu'on allait nous laisser sur cette dernière image, Sam qui saute. Heureusement pour mon coeur fragile, 1973 est revenu.

Cette dernière scène, tous dans la voiture à nouveau, Sam qui zappe la chaîne de radio dans laquelle il entend les éternelles voix des médecins et met la chanson de David Bowie, Gene qui reprend sa conduite de chauffard... j'en aurais pleuré de joie ! C'est reparti ! Sans nous cette fois...

Je crois que c'est l'heure d'Ashes to Ashes...