Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 février 2008

Jekyll

33ffb9075d82e2a15e52ccc72919708d.jpg

Ben voilà, je me retrouve bête. Je me retrouve devant mon écran d'ordinateur, les doigts sur mon clavier, avec l'envie démesurée de vous pousser à voir, si ce n'est pas déjà fait, cette fabuleuse série qu'est Jekyll, et les seuls mots qui me viennent sont ceux-là : Regardez Jekyll

De toute façon, est-ce que tout le monde ne vous a pas déjà dit que c'était une série à ne pas manquer ? Est-ce que tout le monde ne vous en a pas déjà vanté, avec assurément de meilleurs mots que les miens, les acteurs, l'intrigue, la construction des épisodes, l'humour... and so on ?

Eh bien voilà, tout ce qu'on vous a dit sur Jekyll est vrai : c'est une série tout simplement brillante. 

Écrit par Saru dans This is England | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : jekyll

16 février 2008

Sous les vents de Neptune

60e492c73c511c05000158a916c63114.jpgS'il y a une série que je suis depuis des années, c'est celle qui met en scène le commissaire Adamsberg, sous la plume de Fred Vargas. Pas vraiment une série, d'accord, mais des personnages que j'adore suivre d'un livre à l'autre.

J'aime follement Adamsberg. Sa nonchalance, son décalage permanent avec le monde qui l'entoure... son génie. A mes yeux, il est tellement à part qu'il est intraduisible à l'écran, forcément. Je n'ai pas eu l'occasion de voir l'interprétation de José Garcia dans Pars vite et reviens tard mais Jean-Hugues Anglade ne s'en sort pas trop mal dans Sous les vents de Neptune. Bien sûr, il est bien trop normal. Trop beau. Ou plutôt, d'une beauté trop ordinaire.

Je voyais Danglard comme un grand maigre déguingandé, donc à mille lieues du Danglard télévisé. Après, je n'arrive pas à me souvenir si mon Danglard est celui réellement décrit dans le livre ou si mon imagination l'a complètement transformé.

Retancourt manque à mon goût de personnalité. Pour l'instant, du moins. Et Camille manque de charme, j'ai du mal à voir ce que Adamsberg peut lui trouver.

Le téléfilm - sa première partie, en tout cas - ne m'a pas déplu du tout, il m'a fait passer un bon moment. Je l'ai trouvé juste tellement normal, alors que des livres se dégage une certaine folie...

Quoi qu'il en soit, j'ai lu dans Télérama que le téléfilm avait inspiré Fred Vargas, qu'elle se penchait sur une nouvelle histoire, possiblement axée sur Danglard. Et ça, c'est une très bonne nouvelle.

Écrit par Saru dans Books | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : téléfilm

09 février 2008

[Life on Mars] Début de la saison 2

Puisque Ashes To Ashes vient de commencer sur la BBC, je me suis dit qu'il serait temps que je finisse Life On Mars. J'avais fait une petite pause après la saison 1, et puis je me suis laissée dépasser par la foultitude d'autres choses à regarder... Idiote.

Life On Mars fait partie de ces séries que j'adore quand je suis devant un épisode, mais qui ne me balance pas dans une infernale spirale passionnelle. Donc je prends mon temps, je savoure. Et le début de la deuxième saison était délicieux.

Et parce que je ne peux pas m'empêcher de glisser du Doctor Who partout et qu'un immense sourire s'affiche sur mon visage à chaque fois qu'il est question dans la série du fait que Sam soit un "time traveler", voici deux autres raisons qui ont fait battre plus fort mon coeur de fangirl :

2686b5bc7437dc891052a5ef91ec9b3b.png
Souvenez-vous d'Elton Pope, dans l'épisode Love & Monsters, le fan d'Electric Light Orchestra à la recherche du Docteur. L'acteur Marc Warren campe dans Life On Mars un patron de casino génial et terrifiant...
c1d173c48555142ef56ffc86f4d99dbc.png

Yasmin Bannerman, qui jouait Jabe, la femme-arbre dans l'épisode The End of the World.

Si ces deux acteurs sont la seule chose que je ressors ici de l'épisode, c'est que je suis une piètre revieweuse... (C'était angoissant, c'était drôle, c'était prenant et John Simm et Philip Glenister sont toujours aussi bons : ce genre de commentaire ne fait pas un article de blog, hein ?)

 

06 février 2008

Sonic what ?

Si j'avais su tous les bénéfices que peut apporter la colocation, j'aurais signé plus tôt ! Hier soir, en rentrant du boulot, m'attendait sur la table...

1646d63af088d33ea4b647ea31de0b30.jpg

Non, pas le Docteur (pour mon anniversaire ?), mais presque aussi précieux : un sonic screwdriver !

b690f37108e5297f0f95048ac7970600.jpg

Je l'ai baladé dans ma poche toute la journée, l'exhibant avec fierté à des collègues peu compréhensifs, mais peu importe, j'ai un sonic screwdriver, et même qu'il s'allume !! Merci Kappa !

Dans un autre registre, un nouveau design, tiré de l'épisode The Girl in the Fireplace, un des meilleurs épisodes de la série, alliant une intrigue tortueuse comme je les aime entre passé et futur et une histoire d'amour belle et déchirante.

Écrit par Saru dans Layout | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : doctor who

03 février 2008

Steven Moffat, I love you !

Terminant mon deuxième visionnage perso de l'intégralité du nouveau Doctor Who, je me disais, devant l'épisode de Noël de cette année, The Voyage of the Damned, que c'était probablement le plus mauvais des épisodes de la série jusqu'ici. Ce qui m'a amené à m'intéresser aux scénaristes de la série. Un truc que je ne fais jamais d'habitude - honte sur moi, je sais, je regarde tellement de séries, je devrais être un peu plus reconnaissante envers ces génies de l'écriture ! (Surtout en ces temps de grèves...)

Et qui a écrit l'épisode de Noël ? Russell T Davies, comme les deux premiers. Je ne le blâmerais certainement pas, il a écrit suffisamment de bons épisodes, sans compter le fait qu'il est à l'origine de la nouvelle série.

Mais le nom qui m'intéressait le plus, c'était celui du scénariste de Blink. Qui est Steven Moffat.

c4266a97a5d64b970348e42b68f7f82c.jpg

Je ne me suis pas arrêtée en si bon chemin. Steven Moffat ? J'ai appris qu'il avait aussi scénarisé The Girl in the Fireplace, à mes yeux un des bijoux de la saison 2. Quoi d'autre ? Evidemment, le double épisode The Empy Child/The Doctor Dances, les épisodes de la série que j'ai le plus regardés.

Alors voilà, après être allée, pour la première fois de ma vie, à l'encontre de l'anonymat des scénaristes (dont les noms sont pourtant en première ligne dans les épisodes de Doctor Who !), j'ai maintenant une idôle : Steven Moffat, je t'aime !

Et il revient pour un double épisode dans la saison 4 !

Et faut que je voie Jekyll !