Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2008

[Doctor Who] Ils ont abandonné Jack !

Fin de la première saison de Doctor Who. Rose et le Docteur s'envolent pour Barcelona. La planète, pas la ville. Il manque un peu quelqu'un à bord du Tardis, mais ils ont l'air de s'en foutre...

Pendant tout ce temps, j'ai cru que si le Docteur et Rose avaient laissé Jack sur le satellite 5, c'est qu'ils le croyaient mort. Supposition pas si bête, puisqu'il semble que personne d'autre n'ait survécu à l'attaque des Daleks. Mais non, ils n'avaient pas pu abandonner Jack !

La saison 3 m'a rappelé que le Docteur en était capable, on a déjà eu l'occasion d'être témoin de sa cruauté... mais Rose ?

Je n'avais jamais vu le Children In Need de 2005, qui prend place entre la fin de la saison 1 et le premier épisode de Noël. Finalement génial et indispensable puisqu'on a la réaction immédiate de Rose face au nouveau Docteur. MAIS. Ce simple petit dialogue m'a plongée dans des abîmes d'incrédulité :

Rose : Let's go and find Captain Jack, he'd know what to do.

Doctor : He's busy ! He's got plenty to do rebuilding the Earth !

Alors ils savaient. Tous les deux, ils savaient que Jack était vivant. Il était vivant et ils l'ont abandonné sur le satellite 5, loin de son temps, loin de tout être vivant, même loin de la planète Terre. Et Rose, même Rose ne s'en est pas soucié plus que ça. Elle qui est généralement là pour compenser le manque de compassion du Docteur.

Il doit y avoir un truc qui m'échappe. Forcément.

15 janvier 2008

Le manteau de Chuck

67cf88bbc542780bf9dd1d9aeb5408ba.png

Demandez-moi mon avis sur le treizième et dernier épisode de Gossip Girl et je vous parle du manteau que portait Chuck dans la scène qui l'opposait à Nate. Parce que le reste, franchement, on s'en fout un peu. Ca avait un côté tragique qui ne sied pas à la série.

Donc un final décevant, où tous les personnages étaient en dessous de ce que j'attendais d'eux. Sauf Jenny, peut-être, dont j'ai assez adoré la dernière scène (et le manteau). Et Chuck. Les personnages un peu détestables en somme.

Je ne suis vraiment pas une fan de Chuck. Pourtant, c'est vraiment le genre de personnages que j'aime d'habitude. Le so called bad boy. Mais là... tellement cynique qu'il est un cliché ambulant. Et puis, cliché pour cliché, faut bien qu'il tombe dans le panneau de l'amour-qui-vous-tombe-dessus-alors-que-vous-vous-croyez-immunisé. C'était stupide et pas crédible, mais ça permettait au moins de découvrir une autre facette du personnage. Et ça a ensuite permis de le rendre mauvais pour une autre raison que "le monde est pourri, je suis comme lui". Il est bien mieux dans le rôle du mec blessé. Et quand il jette Blair de la façon la plus ignoble qui soit... il était touchant. Ben ouais, touchant.

Et le manteau ? Ah ouais, le manteau. Je me suis un peu laissée emportée. Peut-être que j'aime bien Chuck en fait. C'est l'effet du manteau. Mais regardez moi ce manteau !

004b791a6d40b71d4e6f00f0e5aca45a.png

Écrit par Saru dans Personnages | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : gossip girl

02 janvier 2008

Héros et déceptions

Tenant les promesses que je me fais à moi-même, j'ai regardé autre chose que du Doctor Who aujourd'hui : j'ai continué la saison 2 de Heroes. Bon, avec le recul, je me dis que c'était la meilleure chose à faire pour me faire replonger dans mon actuelle addiction parce qu'avouons-le, la saison 2 de Heroes est simplement mauvaise. J'hésite entre le rire et les larmes.

Quand j'ai commencé la saison 1 l'année dernière, j'étais assez enchantée : les super-pouvoirs, j'ai toujours eu un faible pour. Et qu'est-ce que j'aimais cette idée de suivre la trajectoire de plein de personnages différents en attendant avec impatience qu'ils se rencontrent enfin. Et puis il y a eu la trève hivernale aux Etats-Unis, nous laissant sur ce cliffangher génial : la bombe, c'est Peter !

A partir de là, ce n'est que du gâchis. La fin de la saison ne remplit pas les promesses faites par le début. Et la saison 2... gâchis gâchis. Pourquoi je regarde alors ? La réponse est toujours la même : celle qui fait que je regarde une série qui ne me plait pas vraiment. Et, précisément, celle qui m'a fait regarder les dernières saisons d'Alias : l'espoir de voir apparaître David Anders.

d0a773e2e83626f443fcda06f35a4979.jpg

J'ai été vraiment fan d'Alias. La première saison m'a scotchée à mon canapé pendant plusieurs saisons : j'aimais l'intrigue, le suspense qui me faisait angoisser comme pas possible, j'aimais même l'héroïne - je suis difficile en matière d'héroïnes - et je shippais à fond sur le couple Sydney/Vaughn. Et puis à la saison, tout aurait pu virer nul que ça n'aurait pas eu d'importance. Sark existait. Et rendait en fait la série meilleure. Lui et Irina...

Revoir David Anders dans Heroes m'excitait follement, malgré les doutes que je nourrissais à l'égard de la série. Mais eh, c'est David Anders, et là où tous les personnages de la série se ridiculisent en saison 2, l'heureux ivrogne qu'il joue m'a ravie, malgré l'ineptie de son intrigue.

Et je viens de regarder l'épisode 7. Snif !

Ca ne lui a pas suffi, à cette série, de me ruiner mon Milo Ventimiglia, de transformer mon beau Jess Mariano en pathétique et insupportable Peter Petrelli, il va lui falloir détruire aussi mon David Anders ?

Bon, évidemment, j'ai tendance à dramatiser, le personnage de David Anders n'a pour l'instant rien fait de trop répréhensible - si ce n'est rencontrer Peter Petrelli -  mais ce misérable rebondissement de fin d'épisode qu'on attendait depuis le début m'effraye parce qu'au fond, il n'y a pas une intrigue pour rattraper l'autre !

Peut-être qu'il faut que je m'arrête là. Pas de 2x08. Parce que si c'est pour voir Kristen Bell s'humilier à son tour...

Voilà, premier coup de gueule de l'année !

Écrit par Saru dans Acteurs | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : heroes, alias

01 janvier 2008

[Doctor Who] The Empty Child/The Doctor Dances

Nouvelle année qui commence, nouvelles résolutions jamais tenues, dont celle de passer un peu moins de temps devant mon écran, mais bon, l'année ne commence vraiment que demain : aujourd'hui, très grasse matinée, et dans la foulée trois épisodes de Doctor Who au petit déjeuner, dont deux parmi mes préférés : le 1x08 et le 1x09, The Empty Child et The Doctor Dances. Ce double épisode constitue probablement le tournant dans mon intérêt pour la série : de très agréable, elle m'est devenue passionnante, grâce à, en vrac :

- l'apparition du Capitaine Jack Harkness

- la musique de Glenn Miller

- le t-shirt Union Jack de Rose

- tous les échanges Rose/Jack, et surtout les premiers

- tous les échanges Jack/le Docteur

- le gag de la banane

- l'ambiance Blitz

- le personnage de Nancy

- les nanogènes

- le fait que la première fois que j'ai vu l'épisode, le gamin au masque à gaz qui appelait sa maman me foutait les jetons !

470210d9fc796c419c144ca96fb52fb3.jpg

Et aujourd'hui, une énième fois dans ma rediffusion, un dialogue met mon cerveau en ébullition. Une phrase de Rose, qui explique à Jack qu'il arrive au Docteur, quand il est énervé, d'insulter les autres espèces. "S'il se coupe en se rasant, il dénigre toute forme de vie."

- le Docteur se rase ! Ben oui, j'y avais jamais pensé !

- où se rase-t-il ? Dans une salle de bains du Tardis ?

- une scène se forme dans ma tête : une scène du quotidien, entre Rose et le Docteur, au petit matin...

Allez, dès demain, j'entre en cure et je reprends mes bonnes habitudes de sériephile : une alimentation variée !

Écrit par Saru dans Presque une review | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : doctor who